Enfer des migrants : ADHA exhorte les autorités à effectuer des missions d’enquête pour l’identification des éventuelles victimes sénégalaises

 L’ONG Action pour les Droits Humains et l’Amitié (ADHA) a, dans un communiqué, dénoncé la mort de près de 50 migrants sub-sahariens et une centaine de blessés dans un raid contre un centre de détention à Tajoura, près de Tripoli.  Elle a exhorté les autorités à effectuer des missions d’enquête pour l’identification des éventuelles victimes sénégalaises.  Selon la même source, depuis le mois de janvier, plus de 2.300 personnes ont été ramenées et placées dans des centres de détention, selon l’ONU, ce qui augmente les chiffres à plus de 5.200 personnes en détention en Libyesans oublier ceux qui sont vendus comme esclaves par des bandes organisées et l’embarcation de fortune partie de Libye qui a fait naufrage lundi 1er juillet au large de la Tunisie avec 86 migrants à son bord, dont 82 portées disparues. Face à cette situation très alarmante, l’ADHA dénonce jusqu’à la dernière énergie les politiques migratoires de l’UE qui selon elle, nourrissent un système de criminalisation, ainsi que l’absence de politique africaine pour faire face aux phénomènes.  L’Action pour les Droits Humains et l’Amitié (ADHA) rappelle que ce sont les pays africains qui assument l’essentiel du fardeau de la migration et par conséquent, payent le plus lourd tribut. Il est impératif et urgent de poursuivre la réflexion et de mettre en place de nouveaux mécanismes de sortie de crise, plus soucieux de la prise en charge des fléaux de la jeunesse africaine, parmi lesquels le chômage et le sous-emploi. L’ADHA interpelle ainsi l’Union Africaine, l’Organisation des Nations Unies et toutes les organisations de défense des droits de l’Homme, pour une réelle prise en charge de la question des droits des migrants en Libye, afin d’effectuer des missions d’enquêtes pour situer les responsabilités et traduire devant les juridictions compétentes les auteurs de tels actes. Mais aussi inciter les États à plus de regard par rapport au phénomène migratoire et de s’attaquer aux causes de départ pour une meilleure compréhension du phénomène. Enfin, elle a exhorté les autorités à effectuer des missions d’enquêtes pour l’identification des éventuelles victimes sénégalaises et de recenser tous les migrants sénégalais pour les sortir des griffes de ces bandes organisées et les rapatrier pour leur proposer des alternatives autres que ces aventures dangereuses et sans lendemain.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial